Qixing Tanglangquan Histoire

La Mante Religieuse des 7 étoiles dérive directement du moine de Shaolin Wang Lang et c'est une des trois branches principales qui composent ce style.
Sa création remonte à environ 370 ans de cela, à cheval des dynastie Ming et Qing. 
L'histoire raconte que Wang Lang, connu aussi sous le nom de Fa Ming, fut le créateur du style. 
Né à TaiYuan dans la province du Shanxi ce fut un disciple du monastère de Shaolin de la région du Henan. 
Un jour, tandis qu'il était assis dans le bois après l'entraînement, Wang entendit du bruit. 
Quand il retourna il vit une Mante et une Cigale qui entamaient un combat féroce. 
Malgré le fait que la Mante fût plus petite, elle était cependant trés habile au combat. 
Plus la cigale résistait, plus la férocité de la mante religieuse grandissait. 
La lutte était très acharnée, mais à la fin la petite Mante eut l'avantage sur la grosse Cigale. 
Fasciné par une méthode de combat si originale, Wang décida de capturer quelques Mantes Religieuses pour les observer.

Il se força d'apprendre les réactions de la mante de différentes prises de vue angulaire, en la frappant avec une canne. 
Il découvrit ainsi qu'elle utilisait la méthode d'alterner les coups, de près et de loin en unissant le dur et le souple. 
Il formula donc la théorie des "12 caractères principaux", et la théorie connue aous le nom de "la Mante qui saisit la Cigale". 
Après une période d'étude il adapta les nombreuses techniques d'attaque et défense de la Mante aux différentes méthodes martiales qu'il connaissait. 
Il créa ainsi un nouveau style de combat qu'il appela "Style de la Mante Religieuse". 
La première forme creé par Wang Lang fut "Beng Bu".
Wang Lang fut invité par les moines à transmettre la méthode du Tanglangquan.
Il resta au Temple pendant trois ans, puis se retira ensuite en ermitage sur le mont Mao Shan. 
Apres son mort le Tanglangquan resta encore en vie à l'interieur du Temple de Shaolin. 

Les stratégies et les techniques de la Mante furent tenues à l'interieur des frontières du temple, et transmises exclusivement aux moines de générations en générations, jusqu'àu moine bouddhiste Fu Ju.
À cette époque le style était composé par 16 Taolu, entre-autre Po Gu, Fan Che, Shiba Ba Sou.
Il introduisit les meilleures techniques de 17 styles à l'intérieur du Tanglangquan en créant un système complet. 
Un de ses étudiants fut Sheng Xiao, un prêtre taoïste errant, Prieur du Temple "Luxiang Yunhua-guan" (Shandong au nord-ouest de Cha-xian) qui commença à enseigner en dehors de murailles du Temple. 
Le style de la Mante Religieuse devint tout de suite très populaire pour ses applications pratiques. 
Dans le "Traité sur le Tanglangquan" (Anthologie de Sheng Xiao sur la vraie Histoire de Shaolin), on compte 18 séries d'exercices de "Luo-han gong", chaque série a de 4 a 5 techniques, pour un total de 69 technique; selon le positions il y a des illustrations et annotations détaillées sur le système d'entraînement, ainsi que 69 vers poètiques sur les points essentiels: c'est le plus ancien et le plus complet qi gong de Shaolin.
Différents Maîtres de Tanglangquan commencèrent à ajouter ou enlever quelques techniques, parfois en adoptant des formes d'autres styles et en apportant leurs changements. 

Au temps de la dynastie Qing (1644-1911), pendant l'ère "Dao-guang" (1821-1850), dans le district de Ping-du, dans le village de la famille Li à Cui-jia Ji, Li Zhijian rencontra un étranger qui lui transmit l'art de la Mante Religieuse. 
Après avoir complété l'étude de ce style, il fit la garde du corps au Jinan.
Sa réputation arriva loin, et il fut connu aous le nom de "Li main d'éclair". 
Par la suite il fit la garde du corps dans la préfecture de Min-hou (Fujian), et durant toute sa vie, sa sagesse ne vint jamais à manquer. 
Durant le 13° années de "Guang-xu" (1875-1908) il laissa sa place pour revenir à son pays. 
Vu qu'il ètait vieux et qu'il n'avait pas de descendants, il chercha partout une personne vertueuse qui portât en avant ses capacités.
Durant le 14° années de "Guang-xu" il entendit parler du bon système de combat de Wang Yongchun, il alla ainsi à le trouver chez lui pour comprendre de quelle école il apartenait. 
Wang Yongchun, qui assuma ensuite le nom de Wang Yunsheng, était né le 13 mai 1854. 
Il habitait dans le district de Fushan, au pas occidental de Yantai, dans la ruelle de la famille Wang. 
Durant le 13° année de "Tong-zi" (1862-1874) il étudia le Chang Quan sous la guide de Li Yichun, prieur du Temple Impérial de "Yuhuang-dingyu" . 
Le Maître Li Zhijian demanda a Wang de s'exercer, et en le regardant n'émit pas une seule parole d'éloge. 
Le Maître Li accepta Wang Yunsheng comme élève. 
Etant de famille riche Wang n'avait pas besoin de travailler, et il passait ses jours avec son maître à affiner son habilitè et ses connaissances sur la mante religieuse.

Après de nombreuses années de dur labeur, Wang obtint l'habilitè de son Maître Li ainsi que la plein transmission du style.
Un jour le Maître Li s'en alla vers le nord, et ses traces se perdirent. 
Après que le Maître Li en s'était allé, Wang continua à étudier et il incorpora différentes techniques d'autres écoles et obtint ainsi une maîtrise considérable. 
Wang transmit ce système de combat à son disciple plus important Fan Xudong "Gu Yuli" . 
Il mourut durant le 20° annèes de la République.
Fan qui assuma ensuite le nom de "Xiangsheng", était de Yantai (village Dahai Yangcun). 
Fan était de taille puissante, grosse et haute, et les gens appelaient Fan "le balèze" . 
Il était très expert en ce qui concerne la "paume d'acier" et en le "Luo-han gong" .
On raconte que pendant qu'il était en train de traverser un champ de maïs, il vit deux taureaux qui luttaient ensemble.
Quand il virent Fan qui arrivait, ils l'attachèrent. 
Fan donna un coup avec le pied droit au ventre du taureau qui arriva le premier avec toute sa force. 
La bête s'affala ainsi à terre dans un gémissement. 
Fan saisit le second taureau par les cornes avec la main gauche, tandis qu'avec sa paume droite il le frappa sur le dos. 
Le second taureau s'écroula aussi à terre. 

Le paysan, pensant que Fan avait attaché ses taureaux, lui demanda une indemnisation. 
Fan lui dit: "Je l'ai fait seulement pour me défendre, dans le cas où c'etail moi à mourir encorné par les taureaux, est-ce que tu aurais consenti à indemniser ma vie?".
Le problème fut donc résolu, et à partir de ce moment la réputation de Fan augmenta en se divulgua. 
Vers la fin de l'ère Guang-xu, des Russes invitèrent Fan à aller en Sibérie dans la ville de "Huodi" pour combattre contre le champion de lutte russe. 
Fan battit le champion russe et fut déclaré comme une des meilleures combattants. 

Puis il le remplaça, et il prit part à des nombreuses compétitions, mais n'eut jamais d'adversaires à son altesse.
Fan transmit le Qixing Tanglangquan à son premier disciple Guo Jialu de Laiyang, au second disciple Yang Weixin de Penglai, au troisième disciple Lin Jingshan de Laiyang, au quatrième disciple Luo Guangyu de Penglai, au cinquième disciple Wang Chuanyi de Yantai. 
Le premier disciple mourut peu de temps àpres, le second disciple Yang Weixin enseigna à l'association "Jing Wu Hui" de Shanghai et à l'école du Shandong. 
Parmi ses successeurs il y avait Xiao Shubin qui à Dalian dans l'école "Sijie Guan" enseigna à Zhang Qinghe et à quelques Japonais (au Japon, Xiao Shubin est encore connu)./p>

Le troisième disciple fut Lin Jingshan. 
Le quatrième disciple Luo Guangyu, durant la huitième annèes de la République (1918) recut une invitation pour aller travailler à l'association de Wushu "Jing Wu Hui" de Shanghai comme chef entraîneur. 
Par la suite il enseigna à l'association "Jing Wu Hui" de Canton dans le Guangzhou, Fushan, Hong-Kong, Macao et d'autres encore. 
Ses disciples sont répandus dans tout le sud-est asiatique et dans d'autres pays d'outre-mer. 
Parmi ses successeurs il y a: Ma Chengxin, Zou Yigong, Yu Lejiang, Lin Boyan, Fan Yongzhen, Chen Zhenyi Cui Kuisan, Cui Shouting, Zhang Baohou, Chi Lunghi, Guo Zuqiang, Huang Hanxun, Huang Jinhong, Pan Yongchang, Guo Zishuo et d'autres encore. 
Le cinquième disciple Wang Chuanyi était le petit-fils de Wang Yunsheng.
Il enseigna à l'association "Jing Wu Hui" de Shanghai et à l'école du Shandong pendant huit ans. 
Parmi ses successeurs il y a: Wang Maosheng, Ma Guangyou, Wang Wenzhang, Chi Xueyuan, etc.
Un des meilleurs disciples de Maitre Fan Xudong fut son troisième disciple Lin Jingshan de Laiyang. 
Lin Jingshan fut un des maitres contemporains plus célèbres de Tanglangquan, né dans le Shandong en 1885, mort le 1° juin 1971 à l’age de 86 ans. 
Lin Jingshan était de la 6 ° Génération dans la ligne de transmission du style.
Des son enfance, le maître aimait les arts martiaux, mais à cause de la pauvretè de sa famille il dut, à l’age de 14 ans, se transferes à Yantai, où il trouvà un travail dans une boutique qui vendait des céréales. 
À cette époque, le gymnase du Maitre Fan Xudong se trouvait à proximité du magasin, et Lin Jingshan , quand il avait du temps libre courait souvent espionner le Maitre Fan qui enseignait le Wushu et, en ses basant sur ce dont il se rappelait, il imitait les exercices qu'il avait regardé en cachette.
Passé beaucoup de temps à espionner de cette manière, il suscita un jour l'attention du Maitre Fan qui l'invita à entrer et ainsi Lin Jingshan lui reconta toute son histoire. 
L'esprit de ce jeune, qui avec tant de passion s'exerçait dans les arts martiaux, emmut le Maitre Fan, qui lui demanda alors de lui montrer les "Taolu" qu'il avait appris. 
Bien que les "Taolu" ne furent pas tous complets, les mouvements étaient cependant précis.
Ce fut donc ainsi que le Maitre Fan Xudong l'accepta dans son école.
On était en 1902, et depuis lors le Maitre Lin commença officiellement sa carrière dans les arts martiaux. 
Fan Xudong commença à lui enseigner à partir des mouvements de base et des premier "Taolu", du facile au difficile, du simple au complexe, lui transmettant avec sérieux et sévérité son enseignement. 
Lin Jingshan ne craignait pas la souffrance, il ne craignait pas la fatigue, et au contraire il s'entraînait assidûment. 
Grâce à son engagement, à sa constance et à l'enseignement de tout coeur du Maitre Fan, il avança de manière rapide. 
Souvent, durant les entraînements, il fallait faire des exercices de combat (Sanda), et bien qu'il ne s'agissait que d'exercices il y avait des coups de poings et de pieds qui pouvaient etre dangereux.
Malgré le fait que le Maitre Lin fût plutot bas et de petite corpulence, et que ses camarade Guo Jialu, Yang Weixin, Luo Guangyu et d'autres encore pesassent 90 kgs environ, au moment de combattre, aucuns ne réussissaient à lui tenir tête. 
Le Maitre Lin savait d'avoir peu de force, et donc il s'entraînait avec une attention particulière en ce qui concernait les techniques des pas.
Il avancait, reculait, esquivait et sautait en l'air de facon trés rapide.
Son agilité impressionna beaucoup ses camarades qui l'imitèrent aux entrainements.
Parmi les Maîtres d'arts martiaux du nord les plus célèbres, Lin Jingshan resta sans pareil pendant des nombreuses dizaines d'annèes. 
De 1911 à 1915 il fut invité à Tianjin et sous le commandement du seigneur de la guerre Zhu Yupu il fut chargé d'enseigner aux officiers.
C'etait un des élèves plus fiables de Fan Xudong, lequel l'avait nommé comme son troisième disciple, et à travers l'enseignement méticuleux du Maître il avait hérité toute la quintessence du Qixing Tanglangquan.
Il était en outre excellent dans la "Paume d'acier" et dans les exercices du Luohan. 
Au cours de dizaines d'années d'entraînement il avait développé de manière divine le style Qixing Tanglangquan et les caractéristiques du combat. 
Son épée, le bâton Liu he, la lance Mei hua et son grand sabre Chun Qiu devinrent célèbres dans le monde des arts martiaux. 
Le Maitre Lin était un homme honnête et loyal, modeste, qui ne se ménageait pas pour enseigner aux étudiants. 
Il les instruisait souvent avec ferveur: "l'art n'a pas de limites, l'étude n'a pas de limites, les résultats n'ont pas de limites". 
Dans le livre de l'école il écrivit trois grands idéogrammes: "il faut encore étudier", et il disait souvent aux étudiants "Normalement dociles comme des agneaux, sur le champ des bataille féroces comme des tigres, c'est seulement en travaillant assidument que l'on obtient des résultats".
Quand le Maitre Luo Guangyu se trouva dans le sud, celui-ci demanda à Lin Jingshan d'assumer une charge à Shanghai avec une bonne remunération, mais le Maitre Lin refusa courtoisement l'invitation, pour ne pas manquer à son engagement avec les générations plus anciennes d'élèves.
Pendant les dix ans de tumultes, le Maitre Lin revint à son pays natal, dans le district de Cai Yang, et quoiqu'il fût d'une age avancé, il enseignait encore tous les jours à ses élèves.
Il est mort le 1° juin 1971 dans son pays natal. 
Parmi les meilleurs élèves du Maitre Lin il y eu: Hu Yongfu, Shao Huating, Wang Chunshan, Wang Huilan, Lin Chunsheng (ainé du Maitre Lin), Mu Chuanzu, Ling Huatang, Yu Tiantang (Yu Hai), Yu Tiancheng, Zhong Lianbao et d'autres. 
Hu Yongfu, à peine plus jeune de seulement quatre ans par rapport au Maitre Lin, après avoir complété son étude enseigna à l'association "Sijie Guan" de Dalian. 
Parmi ses successeurs il y a: Li Huitang (Li Zhanyuan), Li Ruinian, Xu Hongxun, Wang Qinggang et d'autres encore. 
Li Huitang a enseigné au Qingdao dans le district de Taidong, Wang Qinggang a enseigné à Dalian dans la petite ville de Jinxian.
Shao Huating était exceptionnel dans les arts martiaux, surtout dans l'usage des couteaux et dans les exercices du "Luo-han gong". 
En 1936 Shao Huating partit à Hong-Kong pour affaires, et dans ses loisirs il allait à l'association d'arts martiaux du Maître Luo Guangyu. 
Le Maître lui demanda de s'exhiber dans le Ying Qigong, et depuis lors il devint célèbre dans le monde des arts martiaux de Hong-Kong. 
Wang Chunshan est mort en 1972, à l'âge de 73 ans. 
Wang Huilan dit Wang Xiaofei enseigna avec le M° Lin, aux officiers sous le commandement de Zhu Yupu.
Parmi ses successeurs il y a Wang Qingzhai est situé à Shenyang (Liaoning). 
Même aujourd'hui, le nom du Maitre Lin Jingshan suscite respect et vénération, étant considéré comme l'héritier et le gardien de toute le style ancien.
Maître Lin Jingshan avait nombreux étudiants, dont certains sont ensuite devenus maîtres célèbres, mais il a laissé l'héritage de l'ensemble du style à ses enfants et ses petits-enfants, en veillant que le Qixing Tanglangquan orthodoxe a été perpétué et protégé au sein de la famille Lin.
Les raisons de cette situation sont de deux ordres: d'une part la valeur de la famille dans la mentalité traditionnelle chinoise, les autres bouleversements historiques que la Chine a vécu tout au long du '900.
Lin Jingshan, tout en ne ménageant dans l'enseignement à beaucoup de ses élèves les plus proches, à transmis à ses trois fils (Lin Chunsheng, Lin Chunfa et Lin Shangwei) l'ensemble du corpus technique et théorique de style, comme un héritage inestimable à la famille, valeur essentielle de mentalité traditionnelle chinoise.
En outre, l'occupation japonaise, la guerre civile et enfin les terribles années de la Révolution culturelle ont changé de manière significative la façon de pratiquer et d'enseigner les arts martiaux en Chine.
Beaucoup d'étudiants de professeur Lin qui ont étudié avec lui depuis le début des années 50, tout en obtenant un excellent enseignement et de haut niveau, étant lié par les restrictions et les interdictions de gouvernement, ne pouvaient pas étudier l'ancienne forme du style, comme il a été transmi jusqu'à il y a quelques décennies.
Les trois fils de Maitre Lin, pendant la guerre civile et pour la durée de la Révolution culturelle, ont dû quitter le pays natal et son propre père pour échapper dans diverses parties de la Chine.
Seulement à la fin des années '60, ils ont été en mesure de retourner dans le Shandong et rétabli l'enseignement de Qixing Tanglangquan pur.
Pour cette raison, le Qixing Tanglangquan de la famille Lin est appelé «orthodoxe».
Merci pour le travail de Lin Jingshan et ses fils, le style, ainsi comme créé par Wang Yunsheng, a été en mesure de maintenir ses propre apparence et caractéristiques.
Le Qixing Tanglangquan la famille Lin maintient donc la méthode et les mouvements archaïques.
Ayant cristallisé dans les premières décennies du '900, la méthode de la famille Lin a réussi à échapper à ces changements et mises à jour souffert d'autres lignées et d'autres styles traditionnels de Gongfu dans les années '60 et '70.
Ce qui a été préservé est un style ancien, puissant et explosif, avec une grande férocité et vitesse dans l'exécution, sans la moindre apparence du modernisme.
Caractéristique de la méthode Qixing Tanglangquan orthodoxe de la famille Lin est l'attention aux "Fajin", résultant de l'utilisation totale du corps et des positions particulières qui aident le mouvement.
Aujourd'hui le style orthodoxe est restée entre les mains de Grandmaitre Lin Dongzhu, petit-fils du vénérable maître Lin Jingshan et fils du maître Lin Shangwei.
Il est le successeur direct de la huitième génération de Qixing Tanglangquan orthodoxe, le seul maître de ce style à etre attribuer par le gouvernement chinois comme Représentant du style Qixing Tanglangquan orthodoxe, patrimoine culturel sacrée de la Nation Chinoise .
Le Grandmaitre Lin Dongzhu est actuellement le seul dépositaire de style Qixing Tanglangquan orthodoxe de la famille Lin, comme dernier membre de la famille encore en vie.
En Europe, le style de Qixing Tanglangquan orthodoxe, transmis au sein de la famille Lin, est enseigné par Maître Maurizio Zanetti. 
Il était un étudiant de Grand Maître Zhong Lianbao de Yantai depuis plusieurs années, de qui il a appris le style complet. 
Depuis 2002, suive le style de Grand Maître Lin Dongzhu, qui l'a accepté en 2013 comme son disciple, unique en Europe, en lui nommant successeur du style..


Qixing Tanglangquan Lineage

  • Wang Lang
  • ?? (Monks at Shaolin temple
  • Shen Xiao Dao Ren
  • Li San Jian
  • Wang Rong Sheng
  • Fan Xu Dong
  • Lin Jing Shan
  • Lin Chun Sheng
  • Lin Dong Zhu
  • Maurizio Zanetti
Grandmaster Lin Dongzhu
Petit-fils du célèbre GM° Lin Jingshan
Gardien de méthode orthodoxe de la famille Lin

Qixing Tanglangquan Programme

La Lin Jingshan Europe est un point de référence pour les écoles et les praticiens du monde entier.
Ses programmes techniques reflètent un façon traditionnelle et orthodoxe de comprendre l'art du Taijiquan.
Les programmes du style Qixing Tanglangquan orthodoxe de la famille Lin développé par notre Association, montrent la grande force d'une école qui, en dépit de la «taille considérable», reste une grande famille, très unie, partageant respect et ouverture envers les autres en tant que valeurs fondamentales.
Le programme technique du style Qixing Tanglangquan que on étudie dans notre Association est la suivante:

1 Théorie
螳螂拳历史
螳螂拳的运动
螳螂拳理论
十二字决
Tanglangquan Lishi
Tanglangquan de Yundong
Tanglangquan Lilun
Shi Er Zi Jue
Histoire de style de la Mante Religieuse
Caractéristiques du Tanglangquan
Les principes théoriques de Tanglangquan
12 Mots-clés
2 Fondamentals
步型
步法
妨法
腿法
铁身靠打功
十八罗汉功
Bu Xing
Bu Fa
Fang Fa
Tui Fa
Tiē Shēn Kào Da Gōng
Shíbā Lóhàn Gōng
Modèle des positions
Techniques des pas
Techniques de bloc
Techniques de pied
Exerc. de Corps de Fer
Exercice de la Arhat dix-huit mouvements
3 Taos à la main nue
插捶
崩步
大翻车
小翻车
十八叟
四路奔打
仙人指路
白猿偷桃
白猿入洞
白猿献桃
白猿出洞
白猿献书
烂接
躲刚
劈锤
捕蝉
梅花路
插花
柔灵
黑虎捶
接锤
一路摘要
二路摘要
三路摘要
四路摘要
五路摘要
六路摘要
一路八肘
二路八肘
三路八肘
四路八肘
八肘
Chā Chuí
Bēng Bù
Dà Fān Chē
Xiǎo Fān Chē
Shí Bā Sǒu
Sì Lù Bēn Dǎ
Xiān Rén Zhǐlù
Bái Yuán Tōu Táo
Bái Yuán Rù Dòng
Bái Yuán Xiǎn Táo
Bái Yuán Chū Dòng
Bái Yuán Xiàn Shū
Làn Jié
Duǒ Gāng
Pī Chuí
Bu Chan
Méihuā Lù
Chā Huā
Róu Líng
Hēi Hǔ Chuí
Jiē Chui
Yī Lù Zhāiyào
Èr Lù Zhāiyào
Sān Lù Zhāiyào
Sì Lù Zhāiyào
Wǔ Lù Zhāiyào
Liù Lù Zhāiyào
Yī Lù Bā Zhǒu
Èr Lù Bā Zhǒu
Sān Lù Bā Zhǒu
Sì Lù Bā Zhōu
Bā Zhǒu
Enfoncer les Poings
Pas qu'ils Fracassent
Tourner le grand Chariot
Tourner le pétite Chariot
Les Dix-huit Âgés
Coups dans les 4 Directions
L'immortel indique la rue
Le Singe Blanc vole la Pêche
Le Singe Blanc sort du Caverne
Le Singe Blanc offre la pêche
Le Singe Blanc sort du Terrier
Le Singe Blanc offre le livre
Intercepter le Poing
Battre le Dur
Poings qui Fende
La mante capture la cigale
Forme de la Fleur de Prunier
Enfoncer la Fleur
Le Cercle Doux
Le Poing du Tigre Noir
Poing qui Intercepte
Premier Taos Récapitulative
Second Taos Récapitulative
Troisième Taos Récapitulative
Quatrième Taos Forme Récapitulative
Cinquième Taos Forme Récapitulative
Sixième Taos Récapitulative
Premier Taos des 8 Coudes
Second Taos des 8 Coudes
Troisième Taos des 8 Coudes
Quatrième Taos des 8 Coudes
Forme du Résumé 8 Coudes
4 Tao avec Armes
五虎群羊棍
六合棍
燕青刀
梅花刀
朴刀
七星剑
螳螂剑
梅花抢
连环抢
春秋大刀
白猿追风双手剑
双抅
Wǔhǔ qúnyáng gùn
Liùhé Gùn
Yān Qīng Dāo
Méihuā Dāo
Pū Dāo
Qīxīng Jiàn
Tanglang Jiàn
Méihuā Qìǎng
Liánhuán Qìǎng
Chūn Qìū Dà Dāo
BaiYuán zhuī fēng jiàn
Shuāng Gōu
Bâton des cinq tigres et du troupeau de moutons
Bâton des 6 Harmonies
Sabre de YanQìng
Sabre de la Fleur de Prunier
Sabre aux 2 Mains
Épée des Sept Étoiles
Épée de la Mante Religieuse
Lance de la Fleur de Prunier
Lance enchaînée
Hallebarde Printemps-automne
Épée qu'il poursuit le vent de Bái Yuán
Doubles Crochets
5 Tao en couple
螳螂五手
拍按
桃花傘对打
摘盔对打
崩步对打
棍对棍
扑刀对抢
双刀对双头頭抢
Tánglángquán Wu Shǒu
Pāi Àn
Táohuā Sǎn Duì Dǎ
Zhāi Kuī Duì Dǎ
Bēng Bù Duì Dǎ
Gǔn Duì Gùn
Pū Dāo Duì Qìǎng
Shuāng Dāo Duì Shuāng Tóu Qìǎng
Les 5 Mains de la Mante
Gifler la Table
Répandre les Fleurs de Pêche
Recueillir le Chapeau
Combat de Beng Bu
Bâton contre Bâton 
Grand Sabre contre Lance 
Double Sabre votre Lance 2 Têtes

CONTACTEZ NOUS